Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

IL PIATTO DELLA DOMENICA: Tagliatelles au saumon fumé - TAGLIATELLE AL SALMONE AFFUMICATO

Le 20 octobre 2013, 08:56 dans 0

 

 

 

Pour les pâtes

 

  1. 400 gr de tagliatelle
  2. 3 cuillerées à soupe de gros sel de Guérande
  3. 1 filet d'huile d'olive

 

 Pour la sauce 

 

  1. 200 g de saumon fumé en tranches ou des parures
  2.  1 fenouil
  3. 20 gr de beurre
  4. 20 cl de crème liquide
  5. 1/4 de bouquet d'aneth
  6. Sel
  7. Poivre du Moulin

 

 

Préparation

 

 

  1.  Faire bouillir une grande quantité d'eau avec un couvercle.
  2. Ajouter du gros sel.
  3. Réaliser la sauce : Suer au beurre le fenouil émincé pendant 5 minutes puis ajouter la crème.
  4. Cuire à couvert 10 minutes.
  5. Hors du feu ajouter le saumon fumé.
  6. Cuire les tagliatelles 5 minutes à l'eau bouillante.
  7. Egouter et ajouter un filet d'huile d'olive.
  8. Verser la sauce chaude sur les tagliatelles chaudes.
  9. Ajouter l'aneth haché et servir aussitôt.

 

Conseils

 

Vous pouvez ajouter de la tomate fraîche ou confite si vous aimez et pouvez ajouter, si vous voulez, de citron et un jus pour apporter une touche originale...

http://www.megghy.com/gif_animate/categorie_varie/scuola/82.gif

 

LA RICETTA IN ITALIANO

 

 

 

ingredienti:

 

  1. Tagliatelle all’uovo o pasta di semola
  2. Salmone affumicato
  3. Panna da cucina
  4. Burro
  5. Vino bianco secco
  6. Cipolla o scalogno
  7. Olio, sale, pepe,
  8. prezzemolo
  9. parmigiano grattugiato

 

 

PROCEDIMENTO

 

  • Rosolare la cipolla in olio burro e sale
  • Aggiungere il salmone e spezzettarlo con la forchetta
  • Sfumare con il vino
  • Aggiungere la panna
  • Saltare in padella la pasta
  • Aggiungere prezzemolo o parmigiano grattugiato e servire

 

Ingrédients

Pour les pâtes :400 gr de tagliatelle 3 cuillerées à soupe de gros sel de Guérande1 filet d'huile d'olive

 

Pour la sauce :200 g de saumon fumé en tranches ou des parures

1 fenouil

20 gr de beurre20 cl de crème liquide 1/4 de bouquet d'aneth Sel

Poivre du Moulin


Read more at http://www.750g.com/tagliatelles-au-saumon-fume-r4312.htm#ov24W22WLO1ob8S5.99

Ingrédients

Pour les pâtes :400 gr de tagliatelle 3 cuillerées à soupe de gros sel de Guérande1 filet d'huile d'olive

 

Pour la sauce :200 g de saumon fumé en tranches ou des parures

1 fenouil

20 gr de beurre20 cl de crème liquide 1/4 de bouquet d'aneth Sel

Poivre du Moulin


Read more at http://www.750g.com/tagliatelles-au-saumon-fume-r4312.htm#ov24W22WLO1ob8S5.99

 

Bucatini à la "Marchigiana"

Le 10 octobre 2013, 20:02 dans Cuisine 0

Ebouillantez les tomates dans de l’eau légèrement salée, pelez, privez - les des grains et coupez la pulpe en filets. Mondez et hachez l’oignon, le céleri, la carotte; coupez le lard maigre en petits dés.  Réchauffez l’huile dans une casserole et y faites frire l’oignon, le céleri et la carotte; ensuite ajoutez le lard, faites - le rissoler, ajoutez les tomates, salez et poivrez. Laissez cuire pendant 30 minutes en remuant de temps en temps.  Faites cuire les bucatini dans une abondante quantité d’eau bouillante légèrement salée.  Égouttez - les ’’al dente’’, assaisonnez avec la sauce, garnissez avec le fromage pecorino râpé, remuez et servez chaud.

Temps de préparation: 65 min

Pour 4 personnes:

 

320 g de  Bucatini n 15
1 oignon
1 carotte petite
80 g de pancetta tesa (ou de lard maigre fum�)
40 g de pecorino rapé
sel et poivre

 

Recettes au parfum de Ligurie

Le basilic et le pesto.

 

Symbole de la gastronomie ligure et composant essentiel de la cuisine locale, le basilic, plante aromatique, a un parfum incomparable et intense, adapté à tout type de plat et il est également le roi de la sauce la plus connue de Ligurie: le pesto. Connu dans le monde entier et cultivé sur les étagements de terre face à la mer, le basilic ligure est célèbre grâce au climat excellent dont ces lieux ouverts à l’air salé de la mer bénéficient toute l’année. Le basilice de Ligurie est reconnu AOC (DOP en italien) pour sa variété liée à la zone de production. Les zones de productions connues sont celles de Voltri, Coronata, Diano Marina,  Andora, Albenga et la vallée du Magra. Le pesto tient son nom du processus utilisé pour obtenir ce délicieux mélange d’arômes, à savoir le pilage dans le traditionnel mortier de marbre. Afin d’obtenir un pesto délicieux et parfumé, il faut choisir des feuilles jeunes de plantes qui n’ont pas plus de deux mois et les piler avec de l’ail, des pignons et les piler avec de l’ail, des pignons et du sel dans un mortier. On ajoute ensuite de l’huile d’olive vierge extra, exclusivement de Ligurie doux et délicat, et du fromage de Grana Padano et de brebis.

Orecchiette -Pour 6 personnes

 

  • Farine de semoule de blé dur – 450 g
  • Eau tiède – 200 g environ
  • Sel

Préparation des orecchiette

Sur une planche, disposez la farine de semoule de blé dur en puits, puis ajoutez deux pincées de sel et l’eau tiède nécessaire (200 g environ) pour obtenir une consistance homogène. Si la pâte vous semble sèche, ajoutez un peu d’eau. Travaillez-la jusqu’à ce qu’elle soit lisse et élastique. Formez alors une boule, puis découpez-la et réalisez des petits boudins de pâte d’environ 20 cm de long et 1 cm de large. Retaillez-les ensuite en petits dés et donnez-leur la forme concave d’une petite oreille, en pressant le centre de chaque dé avec le pouce (ou le bout arrondi d’un couteau). Retournez et déposez soigneusement les orecchiette ainsi obtenues sur votre planche, et laissez-les sécher pendant au moins une nuit.Recette pâtes maison orecchiette

......au brocoli-rave

 

... sont un plat typique des Pouilles et surtout de la zone de Bari. Ce plat simple et savoureux est préparé dans toute la région, en utilisant parfois des accompagnements différents comme les tomates ou les brocoli.

Pour 4 personnes

  • Orecchiette – 320 g
  • Anchois – 6 filets à l’huile
  • Ail – 2 gousses
  • Brocoli-rave – 600 g
  • Huile d’olive vierge extra – 6 cuillères à soupe
  • Piment – en poudre
  • Sel

Préparation

Nettoyez le brocoli-rave en éliminant les trop grosses feuilles, ainsi que les parties trop dures de la tige. Coupez le brocoli-rave en ne gardant que les têtes, les feuilles et la partie tendre de la tige, puis lavez-le à l’eau froide. Faites cuire les feuilles de brocoli-rave et les orechiette dans une grande quantité d’eau bouillante salée pendant 10 minutes. Pendant ce temps, faites dorer les deux gousses d’ail (écrasées ou hachées) dans une poêle et ajoutez les filets d’anchois. Une fois les filets d’anchois fondus, éteignez le feu. Ajoutez  les têtes de brocoli-rave aux orecchiette et aux feuilles, mélangez et laissez cuire le tout pendant encore 5 min (selon temps de cuisson indiqué, plongez-les avant ou après). Enfin, égouttez en prenant soin de conserver l’eau de cuisson, et versez le tout dans la poêle avec les anchois. Faites revenir vos orecchiette au brocoli-rave à feu vif pendant 1 ou 2 min en mélangeant sans cesse. Puis, arrêtez le feu, ajoutez un peu d’eau de cuisson si elles vous semblent trop seches, et saupoudrez de piment en poudre, selon votre goût. C’est prêt! Servez bien chaud.

 

 

Elsa Morante Roman de l'enfance

Le 5 juillet 2013, 19:18 dans Culture 0

 L'île d'Arturo, c'est tout l'univers secret de l'enfance et de l'adolescence, mais c'est également, dans le golfe de Naples, l'île de Procida. Arturo y a grandi solitaire et sauvage. Au monde merveilleux des mythes de son enfance, Arturo va peu à peu voir se substituer celui, hostile et pourtant exaltant, des réalités.  Et ce sera dans une atmosphère captivante où la comédie côtoie souvent le drame, à travers des aventures que baigne de poésie le talent d'Elsa Morante, une initiation, qui va jusqu'à l'ultime épreuve, jusqu'à la révélation du dernier et du plus cruel des mystères de la vie.Roman de l'enfance

Elsa Morante déploie, tout au long du roman, une métaphore où l'île et le domaine de l'enfance se fondent harmonieusement; l'alternance de la lumière et de l'ombre à Procida trouve sa résonnance dans la succession des temps d'exaltation et d'abattement qui rythment la vie d'Arturo. Seul le dénouement rompt cet équilibre, quand Arturo se résout à sortir de l'enfance — en quittant l'île, dont la splendeur discrète reste inentamée.
 L'enfance […] constituera, on le sait, le thème dominant [des romans d'Elsa Morante] et, même, de son recueil de poème, Le monde sauvé par les gamins, (Gallimard, 1991), publié en Italie pendant l'ébullition de 1968. » — René de Ceccaty, « Les histoires d'enfance d'Elsa Morante », Le Monde des Livres, 7 août 1998.

L'île de Procida, située dans le golfe de Naples, est pour beaucoup éclipsée par sa proche voisine, Ischia, et surtout par Capri : Procida a toujours été un pays de pauvres pêcheurs et de pauvres paysans, et ses rares palazzi étaient tous, inévitablement, des couvents, des églises, des forteresses ou des prisons.

Ce particularisme est accentué par la présence, au cœur de l'île, du pénitencier et par la sourde emprise qu'il exerce sur la population et sur les protagonistes du roman : Les seuls habitants de l'île qui ne semblassent pas susciter le mépris et l'antipathie de mon père étaient les invisibles et anonymes prisonniers du Pénitencier. Bien plus, certaines de ses manières de Romantique et d'être maudit pouvaient me laisser supposer qu'une sorte de fraternité ou de tacite complicité le liait non seulement à ceux-ci mais à tous les forçats et à tous les emprisonnés de la terre. Et moi aussi, bien sûr, je prenais parti pour eux, non seulement pour imiter mon père, mais à cause d'une tendance naturelle que j'avais et qui me faisait voir dans la prison une monstruosité aussi injuste et absurde que la mort.

Procida, sous tous ses aspects, est donc objet de passion, pour Arturo. Quand il se décide à partir — à fuir ? — il souffre autant d'imaginer le mal de vivre exilé sur le continent qu'à l'idée que l'île continuera à vivre après son départ : l'affreuse jalousie qui me remplissait d'amertume, c'était la suivante : de penser à mon île de nouveau embrasée par l'été, sans moi ! —
l’île d’Arturo d’ Elsa Morante (1918-1985), chef d’œuvre de la littérature italienne fut écrit en 1957 par celle qui fut pendant vingt ans l’épouse de l’écrivain Alberto Moravia lequel l’admirait éperdument. Le roman décrit la nostalgie douloureuse, tragique, poétique, d’un royaume perdu de l’enfance et du narcissisme où n’ont cours ni le temps, ni la douleur ni la mort vers la découverte des femmes et du monde adulte.

Premio Letterario "Procida, Isola di Arturo, Elsa Morante".Arturo, s’arrachera au paradis insulaire de Procida, l’île du golfe de Naples où il a grandi, et au monde imaginaire du père tout-puissant. Une mère morte à sa naissance, un père inaffectif, absent le plus souvent et Arturo évolue, sauvage et solitaire. Rien ne le prépare à. pénétrer sous l’influence de l’amour des femmes, de la sexualité dans un autre monde où il ne trouvera plus personne à idolâtrer. A découvrir ce qu’il vivra comme l’univers faux et trouble, hostile et exaltant, des adultes. L’initiation se déploiera, dans une atmosphère captivante, à travers des aventures enfantines que baigne de poésie le style d’Elsa Morante, vers l’ultime épreuve , celle de la révélation du dernier et du plus cruel des mystères de la vie, l’amour.

« Sans les femmes , l’existence serait une jeunesse éternelle ; un jardin ! On serait beau, libre et insouciant et s’aimer voudrait dire seulement : se révéler l’un à l’autre toute la beauté qu’on a . L’amour serait un ravissement désintéressé , une gloire parfaite , comme se regarder dans le miroir ; il serait…une cruauté naturelle et sans remords , comme une chasse merveilleuse dans un bois royal. Le véritable amour est ainsi : il n’a aucun but et aucune raison et ne se soumet à aucun pouvoir qui n’est pas la grâce humaine. L’amour des femmes, au contraire, est un esclave du destin qui travaille pour perpétuer la mort et la honte »
Amoureux fou de sa toute jeune belle-mère, Arturo s’enfuiera en bateau de Procida, l’île a perdu sa valeur de terre protégée de l’enfance. « Je préfère faire comme si mon île n’avait jamais existé »
Le navire d’Arturo appareille vers le large pour gagner le continent et fuir l’amour incestueux insulaire menaçant. Arturo, désormais a perdu son île : « Autour de notre navire, la mer était tout entière uniforme, infinie comme un océan. On ne voyait plus mon île »

http://www.campaniasuweb.it/sites/default/files/articolo/immagine/201306/procida.jpg

 

Voir la suite ≫